Voici quelques articles de presse à propos de notre club

L'Avenir du Luxembourg, du 27 octobre 2017

Version : PDF ou Site de l'Avenir

 

Le club Enduro Ardennes Semois vient d’offrirun équipement complet de plongée à Louka, atteint par la maladie neuromusculaire dégénérative.

 

C’est lors de la semaine sportive d’août dernier que cette «belle aventure» a commencé. Le Baudet Diving, club de plongée local, avait invité durant une journée le groupe PMR d’Altéo pour la découverte de la plongée à la piscine bertrigeoise. «En parlant avec Delphine Arnould, responsable chez Altéo, nous avons eu l’idée d’intégrer les personnes à mobilité réduite dans notre groupe de plongeurs et d’assurer une formation spécifique pour ce type de personnes », souligne Patrick Riou du Baudet Diving.

 

Avec Guy Duret, président du Baudet Diving, c’est tous les responsables et moniteurs qui ont accepté ce défi d’intégrer les PMR au sein de leur club. «Reste maintenant à trouver des plages horaires qui conviennent car nous ne pouvons demander à des enfants de venir en plongée comme nous le faisons le mercredi jusqu’à 22 h. Nous allons nous concerter avec le centre sportif, la Commune de Bertrix et les responsables d’Altéo», ajoute Patrick Riou.

 

Comme un poisson dans l’eau

 

Âgé de 11 ans, Louka est atteint de la maladie depuis l’âge de 5 ans. Lorsqu’il se retrouve dans l’eau avec tout son matériel de plongée, c’est le bonheur total comme nous le confiait son papa. «Lorsque Louka est dans l’eau, il trouve un élément où les mouvements deviennent dix fois plus faciles. Il a perdu la mobilité de ses jambes. Comme on le dit généralement, il se retrouve comme un poisson dans l’eau.»

 

L’équipement que vient de recevoir Louka se compose d’une bouteille, d’une jaquette spéciale de plongée, d’un détendeur, d’un ordinateur de plongée, des palmes pour les pieds et les mains ou encore de différents tubas.

 

Un cadeau que l’on doit au club Enduro Ardennes Semois. «Nous organisons chaque année une journée enduro et nous réservons une partie des bénéfices pour une association, un club ou une personne. L’an passé, c’est l’école des jeunes footballeurs de Bertrix qui en a bénéficié. Pour cette année, quand j’ai vu comment Louka se débrouillait lors de la journée de plongée, j’ai tout de suite pensé que lui offrir l’équipement ferait son bonheur», relève le président du club, Laurent Contor.

 

Depuis la première expérience lors de la semaine sportive, Louka a eu l’occasion d’accompagner Patrick Riou à la fosse de Beringen pour une plongée spécifique. «Louka était entouré de bancs de poissons d’espèces différentes et on pouvait lire sa joie sur son visage. Voilà notre récompense», conclut Patrick Riou.

L'Avenir du Luxembourg - Proximag, du 16 mars 2016

Version : PDF ou Site de l'Avenir

 

Figure bien connue dans le microcosme florenvillois et pleinement impliqué dans son monde associatif, Guy Duret a su garder hors des projecteurs une de ses passions, la plongée sous-marine. Il est à la tête d’un club qui s’exerce à Bertrix et Neufchâteau.

 

Régulièrement en mission à l’étranger, notamment au Liban, de par sa carrière militaire, Guy Duret reste malgré tout profondément attaché à sa ville. On le retrouve sous-officier chez les pompiers, membre très actif du groupe carnavalesque des «Arsouyes» ou donnant le coup de main nécessaire à l’une ou l’autre association. Malgré ses multiples activités, il s’est découvert et entretient la passion de la plongée sous-marine. Passion qui l’a poussé à intégrer en 2009 le Baudet Diving club, club de plongée de Bertrix dont il est président depuis 2013. «La plongée sous-marine c’est un rêve de gamin qui s’est réalisé sur le tard. En fait, il a fallu une initiation organisée par un collègue dans le cadre du travail pour que se produise vraiment le déclic et que dans la foulée je rejoigne le club de Bertrix.»

 

S’ensuivent alors les entraînements hebdomadaires qui lui permettront d’atteindre les – 60 m et le niveau 4 chez les plongeurs et l’occasion d’exercer sa passion en différents coins du globe. Aujourd’hui, Guy en est à 500 plongées tant dans d’anciennes carrières en Belgique que dans les eaux de la Guadeloupe, de Thaïlande, des USA, de France ou d’Espagne.

 

«Ce qui est fascinant dans la plongée, c’est qu’on peut plonger 10 fois à la même place, on ne verra pas 10 fois la même chose. À ce jour ce qui m’a sans doute le plus marqué, c’est le spectacle offert par les tortues de mer. Absolument fascinant, tout en beauté et en élégance».

L'Avenir du Luxembourg , du 16 octobre 2009

Version : PDF ou Site de l'Avenir

 

BERTRIX - Depuis avril de cette année, une nouvelle école de plongée a vu le jour à Bertrix. Rencontre avec son initiateur et moniteur, Patrick Riou.

 

Patrick Riou, vous êtes l'initiateur de cette nouvelle école de plongée à Bertrix, le Baudet Diving Comment cette école est-elle née ? Nous étions au départ une bande de copains qui voulions faire partager notre passion à d'autres. Nous avons donc créé cette école de plongée en l'inscrivant dans une fédération reconnue à savoir l'ADIP (Association des Instructeurs de Plongée) - CEDIP (association française basée à Antibes).

Le temps de mettre les choses en place, maintenant nous sommes une quarantaine dans cette ASBL avec six moniteurs brevetés.

Pour les non-initiés, comment s'organise une école de plongée au sein d'une fédération ? Tout cela fonctionne sous forme d'étoiles avec quatre niveaux en ce qui concerne les plongeurs et trois pour les moniteurs.

Pour l'heure, les débutants sont occupés à passer leur premier brevet.

Celui-ci comprend des cours théoriques qui se déroulent dans des locaux mis à notre disposition par l'administration communale dans l'ancienne maison communale et une partie pratique que nous organisons tous les mercredis à 21 h 15 à la piscine de Bertrix.

Après avoir passé les quatre brevets plongeur, on arrive au niveau du monitorat avec, à ce moment-là des cours axés sur la pédagogie, les standards de la fédération et le travail sur ordinateur.

Actuellement des élèves sont occupés à suivre les cours pratiques en piscine. Quel est en gros le contenu de cet apprentissage ? Après la théorie, il faut mettre en pratique les apprentissages concernant les différentes pressions, les comportements des mélanges gazeux, le maniement des équipements. Ils apprennent aussi à devenir autonome et à cultiver le goût et l'envie de chacun suivant les souhaits en plongée.

Le travail s'effectue aussi lors des sorties à l'extérieur que ce soit au lac d'Esch ou au barrage de la Plate Tailles.

Justement, lorsqu'on arrive à ces plongées en extérieur, comment maîtriser les éventuels dangers des exercices ? Vous savez, les dangers ne sont pas plus grands que lorsque vous traversez une chaussée.

On apprend à gérer dès que l'on passe le premier niveau et bien entendu, l'encadrement par des moniteurs est indispensable. Il faut apprendre à réagir à un essoufflement. La zone la plus dangereuse c'est de 0 à moins 10 m où la pression double. À moins 20 m, la pression est de trois bars et la consommation d'air passe à 60 l. Or, en cas d'essoufflement, on peut consommer cinq fois plus. Il faut donc une bonne maîtrise de soi et un encadrement professionnel.

Au niveau du matériel et de l'équipement, ce sport n'est-il pas réservé à une élite ? Pas du tout. Comme dans tout sport, on peut passer de la 2 CV à la Roll's. On prête et on loue le matériel de base assez facilement. On peut effectuer une sortie à l'extérieur pour une vingtaine d'euros.

Après le premier brevet, on conseille d'acheter l'équipement complet qui peut s'acquérir pour environ 300€. Ce qui coûte, c'est l'entretien du matériel, qui doit être révisé régulièrement pour assurer la sécurité.

La Dernière Heure - Les Sports, du 14 octobre 2009

Version : PDF ou Site de la DH

 

Plongée sous-marine

Des amis ont franchi le pas : un club y est né; Patrick Riou est le chef d'école des Baudets

Sport nautique

BERTRIX "La commune vient de nous prêter un local. C'est formidable", lâche Patrick Riou.

Fondé au mois d'avril dernier, le Baudet Diving Bertrix répond à une demande. Ce club est membre de l'Association des instructeurs de plongée (Adip-Cedip) : il existe 4 niveaux de plongeurs et 3 de moniteurs/instructeurs. Plusieurs potes ont discuté le coup. L'affaire fut vite entendue; Noël Nicolas a été nommé président.

La qualité des cours, organisés chaque mercredi de 21h15 à 22h15, à la piscine communale est garantie. "La plupart des moniteurs/instructeurs est breveté."

Avec la bagatelle de 4.000 plongées, Jean-Claude Dustin incarne parfaitement ce sérieux. La remarque vaut pour Georges Devos. Le message n'est pas tombé dans l'oreille d'un sourd. "On a déjà atteint le cap des 40 membres. Incroyable !"

Le BDB organise des classes plongeurs brevet 1, 2, 3 et 4. La formation est indispensable et permet d'obtenir une carte de certification valable à vie. "Nos envies sont simples", poursuit notre interlocuteur, moniteur certifié Adip. "Faire découvrir la plongée sous-marine, ceci en assurant une sécurité maximale."

Au risque de surprendre, le risque zéro est un leurre. "Effectivement. Ce n'est pas propre à notre discipline. Il y a des règles à respecter. Il faut être un plongeur responsable." CQFD.

Georges Devos, Jean-Claude Dustin, Patrick Riou, Charles Piccolo, Noël Nicolas et Cynthia Langue ont les compétences requises pour (vous) faire aimer et apprécier ce sport différent.

Baudet Diving A.S.B.L.

Rue de la Fontinelle, 11

6880 Bertrix, Belgique

info@baudetdiving.be

IBAN: BE50 0015 8951 1718

 

Copyright © 2009 - 2018. All Rights Reserved

Last update: 19 Jun. 2018 at 07:48 AM - GMT